Aller au contenu principal

Squat time

Grâce au couchsurfing, nous n’aurons jamais rencontré autant de monde qu’à Sydney. Si notre première expérience en Nouvelle-Zélande fut peu satisfaisante, les moments partagés en Australie furent beaucoup plus riches.

A

A

A

Kris, James et Griffin
De leur profil de couchsurfers on ne savait que peu de choses : un couple d’indonésiens aimant les ravioles chinoises. Nous étions loin d’imaginer que derrière ces visages aux grands sourires se cachaient des personnes d’une gentillesse et d’une générosité rares. Grand lit double, sdb privative, wifi, transport en voiture vers et depuis la gare, dîner indonésien à notre arrivée… Mais au delà du confort matériel qu’il nous ont offert durant notre séjour, nous avons particulièrement apprécié le fait de pouvoir partager leur vie pendant quelques jours sans qu’ils attendent quelque chose en retour. Kris et James se connaissent depuis l’âge de 7 ans, se sont perdus de vue, avant de se retrouver par hasard sur Facebook une vingtaine d’années plus tard. Ce sont de grands amateurs de snowboard, de voyages et de gastronomie asiatique. Mais ce qu’ils adorent le plus au monde c’est leur chien Griffin, extrêmement joueur, et qui a ravivé chez PA ses velléités d’en avoir un à Paris. Peine perdue 😉

Chooch, Simon et Cassandra
Une japonaise mariée à un néozélandais, drôle de mélange a priori. Derrière l’image de la japonaise réservée et légèrement froide, Chooch cache un caractère comique à la Takeshi Castle. De son côté, Simon confirme encore une fois la réputation des kiwis, dont la gentillesse et la convivialité sont sans égales. Cette union a donné vie à une petite boule d’énergie : Cassandra. Une poupée japonaise de 2 ans qui dit tout le temps no no no, adore regarder les télétubbies en russe sur Youtube et ne perd jamais le sourire, sauf quand sonne l’heure de la douche. Cette petite famille accueillante a décidé de quitter Tokyo pour s’installer à Sydney suite au récent tremblement de terre et à la menace nucléaire. Autour d’un délicieux Soba (soupe de nouilles japonaise) préparé par Chooch, ils ont partagé avec nous tous leurs bons plans au Japon, nous faisant languir encore davantage notre séjour au pays du soleil levant.

Akihiru et Hitomi
Nous avons croisé ces jeunes japonais chez Chooch et Simon qui les avaient hébergés juste avant nous. Ces deux baroudeurs à l’allure baba cool ont quitté leur petite maison de la campagne tokyoïte pour se balader autour du monde pendant un an et demi. Leur joie de vivre permanente et leurs yeux d’enfants qui pétillent nous ont vraiment conquis. Toujours à s’émerveiller de tout et de rien, leur discussion est ponctuée de ohhh et de ahhh, mélange d’étonnement et de plaisir, comme quand ils ont découvert nos vidéos ou le fameux gâteau au chocolat de PA. Après une harira bien chaude, ils nous ont récité fièrement tous les mots d’arabe qu’ils avaient appris en Égypte et nous ont même noté quelques expressions basiques en japonais.

Steven et Cassiopé
« Waou, on dirait un personnage sorti tout droit de la cage aux folles », voici la première impression de PA sur Steven, l’apothéose de notre couchsurfing tour à Sydney. Malgré une arrivée très tardive, Steven nous accueille chaleureusement emmitouflé dans son peignoir bleu. Ça ne faisait pas 5 min qu’on était entré chez lui qu’il voulait déjà nous raconter des milliards de choses sur sa vie, ses couchsurfers et sa conception du monde, qui emprunte au bouddhisme comme à l’astrologie.

Nous ne l’avions pas deviné avant qu’il ne nous en parle – la remarque prémonitoire de PA mise à part – mais Steven était à l’origine une femme, Sylviane. Il a fait ses études à Lyon, a eu cinq enfants, mais ne s’était jamais bien senti dans son corps jusqu’à ce qu’il prenne un traitement de testostérone qui le transformera en homme. Aujourd’hui, à l’âge de 48 ans, il a enfin trouvé un peu de paix et de stabilité après une vie tumultueuse remplie d’aventures, de rencontres et de déboires, entre la France, Londres et Sydney. En échange de l’hébergement, nous avons cuisiné quelques bons petits plats franco-marocains (lasagnes aux épinards, poulet au citron) pour le plus grand plaisir de Cassiopé, sa fille de 13 ans, qui encore une fois est tombé sous le charme du fameux gâteau au chocolat de PA, dont les proportions sont pourtant improvisées à chaque tentative.

2 Commentaires Poster un commentaire
  1. jltheyoung #

    Heureux de vous lire de nouveau ! Lecture faite a la Jamaique ou nous sommes arrives hier soir. Je soutiens PA pour defendre son droit a avoir un chien. Je suis pret a lancer une petition !

    11 juillet 2012
  2. comillaslovers #

    Un pour tous, tous pour Chien
    Un chien, mais à tout prendre caisse (du chien) ?
    2 sorties par jour, quelque soit le temps, pluie, vent, neige, canicule,
    Quelque soit la fatigue (c’est ton tour et puis moi j’en peux plus j’ai fait la vaisselle).
    Une provision de sacs en plastique pour se promener, des regards noirs qui vous suspectent.
    Une boîte à pharmacie, médicaments, vaccins, non remboursés.
    Un marquage de territoire sur moquette, lit, paillasson.
    Une pelle ou un sac d’aspirateur, pleins de poils.
    Un réveille matin vivant, pas besoin de piles.
    Des plaintes des voisins à cause des hurlements pendant votre absence.
    Un tirage au sort pour savoir qui le gardera pendant vos vacances.
    Un placard entièrement dévolu aux croquettes, nonosses, boîtes de « Royal Câlin », colliers antipuces anti-tiques.
    Mais aussi un Chien caisse (comme dirait la grosse) ?
    Une queue qui bat la mesure de votre contentement.
    Une boule de tendresse qui se pelotonne contre vous et que vous grattouillez, là, sous le cou ou tout en haut du front.
    Une langue qui vous fait votre toilette à peu de frais.
    Des yeux humides qui sont les seuls à vous trouver beau quand vous sortez hirsute, hagard des bras de Morphée.
    Un ami à qui vous allez envoyer la baballe et qui poussera la fidélité jusqu’à vous la rapporter immédiatement.
    Un sport training sans égal.
    Un écologiste qui mettra fin au gaspillage des croûtes de fromage, gras de jambon etc… et qui pourra même aller jusqu’à servir de lave-vaisselle.
    Enfin, quoi ! Il n’y a pas à tergiverser !
    « Avoir un chien ou ne pas en avoir , telle est la question » Shakes (peare que tout tout)

    1 août 2012

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s