Aller au contenu principal

Sabaydee !

Ce cri de joie lancé en pleine figure en guise de bonjour restera pour longtemps gravé dans nos mémoires tant il exprime toute la chaleur et la gentillesse des laotiens de tous âges.

A peine la frontière passée, nous sommes comme engloutis dans une faille temporelle. Il se dégage de ce pays et de ses habitants une telle sérénité que plus rien n’a d’importance à part se laisser emporter par la douceur de vivre ambiante.

A
Pour s’imprégner encore plus de cette atmosphère, nous décidons d’aller explorer le nord du pays, loin des hordes de touristes, mais tout près des tribus de minorités ethniques.

Nous ne pensions pas ressortir nos chaussures de rando après l’Everest, mais notre amour de la marche sera plus fort  ;-) et nous voilà partis pour 8 heures de trek dans une jungle boueuse avant d’atteindre notre premier village Akha. Nous arrivons pile à l’heure de la douche, où après une rude journée de labeur sous le cagnard, les villageois se drapent dans leur sarong et se retrouvent tous ensemble dans un bassin d’eau de source pour se laver dans la joie et la bonne humeur.

Alors que nous nous installons dans la cabane aménagée pour les visiteurs, nous sommes vite colonisés par une vingtaine d’enfants qui ont eu vent de notre présence au village. Hello have a pen? Want a bracel?
Nous aurions tant aimé communiquer avec ces petits sourires sur pattes… C’est dans ces moments où la barrière de la langue se fait pesante que nous regrettons de ne pas avoir fait option magie ou guitare plutôt qu’actuariat !

Un succulent diner servi dans des feuilles de bananier, un massage traditionnel très surprenant, et nous voilà entrain d’assister au rendez-vous nocturne des villageois. Rassemblés autour d’une sono, ils répètent inlassablement des chorégraphies sur les chansons (locales) du moment. D’autres soirs, les femmes âgées de la tribu se chargent d’enseigner aux plus jeunes les rudiments de la danse traditionnelle Akha.

Le lendemain, notre retour vers Muang Sing sera l’occasion de croiser d’autres communautés Akha, Yao, ou encore Tai Lue. Ces ethnies se différencient par leurs tenues et leurs coutumes, mais elles partagent toutes un mode de vie similaire. Ainsi le matin les hommes sont presque tous absents, occupés à travailler dans les champs, couper du bois ou ramasser des feuilles de bananier, et notre traversée des villages se fera sous les sourires gracieux ou édentés des enfants et des personnes âgées.

Cette balade de deux jours au sein des tribus nous aura définitivement mis Lao à la bouche.

2 Commentaires Poster un commentaire
  1. Je vais faire part de vos impressions plus que positives à notre « traiteur chinois » qui est en réalité laotien et qui nous parle toujours de chez lui comme d’un petit paradis. Ce que vous racontez là nous confirme qu’il est vraiment sympa comme un vrai laotien !

    26 décembre 2012
    • Aquiltour #

      La prochaine fois tu pourras donc lui dire sabaydee (bonjour) en arrivant et koptchaï (merci) en partant. Avec un peu de chance ça te vaudra même un dessert gratuit ;-)

      29 décembre 2012

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s