Aller au contenu principal

Atome crochu

Perché sur sa montagne, le village de Koyasan est un havre de paix et un lieu de pèlerinage pour de nombreux japonais. L’expérience la plus mystique consiste à déambuler sous des cèdres centenaires dans les immenses allées de son cimetière bouddhiste, jusqu’à se laisser gagner par une étrange sérénité…

C’est donc l’esprit apaisé que nous délaissons momentanément Honshu pour Shikoku, d’où nous embarquons à bord d’un ferry direction Naoshima. Cette petite île de la mer intérieure abrite quelques belles collections d’art moderne, dont certaines exposées en plein air. Rien de telle qu’une insolation pour percer les mystères de l’art !

Une fois regagnée la « terre ferme » nous posons nos valises à Osaka puis nous rendons sans plus tarder jusqu’à Himeji, la ville censée abriter le plus beau château féodal de l’empire. Ce qui est sûrement vrai en dehors des périodes de restauration… qui peuvent hélas s’étaler sur plusieurs années ! Et là ce n’etait rien moins que le donjon principal qui avait disparu sous un coffre bétonné, sans même une façade trompe-l’oeil pour se consoler.

De retour à Osaka, nous sommes allés observer une toute autre curiosité, avec le quartier illuminé de Dotombori, lieu de rassemblement des noctambules, qui viennent flâner sous les néons ou s’abrutir dans les Pachinko, des salles de jeux aux décibels bodybuildés.

Nos yeux clignotent encore lorsque nous arrivons à Hiroshima le lendemain, mais après avoir entendu quelques témoignages de victimes lors de notre visite du mémorial de la paix, c’est plutôt des essuie-glaces qu’il nous aurait fallu. Le parc et le musée entretiennent avec émotion le souvenir de cette atrocité tout en délivrant un message de foi en l’avenir de l’humanité. Poignant.

Mais tournons cette page noire de l’histoire et voguons jusqu’à notre prochaine destination, Miyajima, quelques kilomètres plus bas. À l’instar du Fuji, le torii flottant fait partie des symboles du pays et il faut bien reconnaître que sitôt franchi cette porte sacrée qui se dresse sur la mer, votre regard ne peut plus revenir en arrière.

Et pourtant l’heure est venue pour nous de faire demi-tour et de rentrer sur Tokyo. Nous nous octroierons quand même une escale sur la péninsule d’Izu, avec dans l’idée d’aller enfin piquer une tête. Sauf qu’après trois semaines passées sous un soleil de plomb, nous arrivons là-bas sous la pluie, et quand elle décide de tomber, elle ne fait pas semblant. Qu’à cela ne tienne, nous reportons la plage au lendemain et troquons le bain de mer contre les vapeurs chaudes d’un onsen. Après s’être bien prélassés nous regagnons la chambre douillette de notre ryokan et cédons sans résister à l’emprise du sommeil.
Victoire de Morphée par ippon.

aaaaaaaaaaaaaPS : spéciale cacedédi à Fabienne, Sandra et Antoine

A

2 Commentaires Poster un commentaire
  1. Antoine #

    Excellent, il te manque juste les dents en or !
    Pense aussi aux hotesses de l’air et aux singes ;o)
    PS : étonné que tu préfères didier morville à Blondie !
    Antoine

    27 août 2012
  2. Aquiltour #

    J’étais sûr que ça te plairait !

    27 août 2012

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s