Aller au contenu principal

Mitad del Mundo

Après ces nombreuses heures de bus, Baños était le lieu idéal pour démarrer en Equateur et se dégourdir un peu les jambes.

Nous commençons donc par une matinée de canyoning, et il suffira de quelques descentes en rappel, et autant de douches bien fraîches, pour que le corps retrouve son tonus.
Mis à part une petite frayeur avec l’appareil photo, ce grand bol d’air nous a totalement requinqués et nous voilà fin prêts pour partir à l’assaut de Quito.

A
Une fois n’est pas coutume, pour découvrir la ville, nous optons pour un city tour en bus. Est-ce parce qu’à la longue toutes les villes coloniales finissent par se ressembler ou parce que Quito n’en est pas la plus éclatante représentante, mais exceptée la Vierge ailée du Panecillo qui, tel le Corcovado, veille sur la ville du haut de sa colline, nous ne lui avons pas trouvé de charme particulier. Ne comptez pas sur les photos pour vous en faire une petite idée, un léger problème technique nous ayant empêchés de l’immortaliser.

A 60 kilomètres au nord, beaucoup plus pittoresque, se trouve Otavalo, ville où les habitants ont eu la bonne idée de conserver leurs tenues et costumes traditionnels. Ajoutez à cela le plus grand marché du pays et vous obtenez une ville vivante et colorée où il fait bon déambuler sous le soleil de la mi-journée. Comme il a plu nous sommes rentrés.

Maintenant, place sans plus tarder à la vraie raison de notre venue en Équateur : les Galápagos !

Nous aurions volontiers prolongé notre séjour à bord de cette fabuleuse arche de Noé, mais le soir même de notre retour, un bus nous attendait déjà, direction la jungle amazonienne !

Rentrés à Quito, nous profitons de la fin d’après-midi pour aller faire un tour rapide à la Mitad del Mundo, le lieu aussi précis que symbolique où passe la ligne de l’équateur avec une latitude de 0°. Sauf que cette escapade rigolote a failli l’être beaucoup moins dans sa conclusion.

Mais tout est bien qui finit bien. Notre remontée de l’Amérique du Sud est terminée, il est temps pour nous de rebrousser chemin. Et pour le retour à Santiago, luxe inouï, nous allons même prendre l’avion !

Aucun commentaire pour le moment

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s